Offre de stage

Recherche sur le sens du toucher chez l’être humain : comment percevons nous activement des surfaces ?

Période :   au

L’objectif du stage est de comprendre comment le toucher fonctionne chez l’être humain. Notre groupe de recherche utilise des tâches comportementales, électrophysiologiques, et des techniques de neuroimagerie pour explorer comment le toucher est encodé au niveau de la peau, et perçu par le cerveau. Le projet inclut la réalisation d’expériences comportementales chez des participants humains sains afin d’évaluer comment ils perçoivent un toucher de surfaces lorsqu’ils les touchent activement plutôt que quand il sont stimulés passivement.

Description

Comment percevons nous des textures différentes (par exemple du bois, du jean) ? Est-ce que la manière dont on les touche influence notre perception ? Les connaissances sur le toucher ont beaucoup progressé ces dernières années grâce notamment à la méthode de microneurographie, par laquelle une petite électrode est placée dans un nerf périphérique pour enregistrer les réponses des axones connectés aux récepteurs tactiles situés dans la peau. Notre groupe est le seul en France qui utilise cette technique avec l’objectif de faire un lien entre l’encodage du toucher au niveau de la peau et la perception évoquée au niveau cérébral. Pour compléter les connaissances apportées par nos enregistrements, nous réalisons également des expériences comportementales/psychophysiques, en demandant au participant ce qu’il ressent ou en explorant les réponses cérébrales via la neuroimagerie.

Le présent projet se focalisera sur des expériences comportementales pour évaluer si le fait d’explorer une surface avec plusieurs doigts affecte les capacités de discrimination tactile. Le participant devra réaliser une tâche de discrimination tactile sur des grilles dont les lignes sont plus ou moins espacées entre elles, et, avec un, deux ou trois doigts. Des courbes psychophysiques seront réalisées pour évaluer et comparer les seuils perceptifs afin d’évaluer si la discrimination tactile change lorsque l’on utilise plus de doigts. En fonction du calendrier, une autre tâche pourra être envisagée dans laquelle nous évaluerons quelles stratégies de toucher actif l’être humain utilise pour détecter si une surface est mouillée. Pour ce faire, un participant naïf touchera de manière libre des textures plus ou moins mouillées et devra évaluer sur une échelle à quel point elles sont mouillées. Ici nous utiliserons un système d’enregistrement de mouvements, ainsi que des cellules de forces afin the caractériser les mouvements utilisés a posteriori.

Profil recherché

Une formation en biologie, neuroscience, ou psychologie est appropriée. Une formation et une supervision seront assurées. L’étudiant aura la possibilité de voir ou de participer à d’autres études du groupe incluant des enregistrements physiologiques, de la neuroimagerie et des expériences comportementales ou psychophysiques. Le stage peut-être réalisé en français ou en anglais.

Établissement d'accueil

Le Laboratoire de neurosciences sensorielles et cognitives (LNSC ; https://lnsc.fr/ ) est situé dans la Fédération 3C au campus St Charles au centre de Marseille. Il regroupe quatre équipes de recherche et notre groupe fait partie de l’équipe Corps et Multisensorialité. Pour plus d’informations, voir : https://lnsc.fr/equipe/equipe-corps-et-multisensorialite/.

Le M2 sera rattaché au groupe de Rochelle ACKERLEY et à son projet ERC financement Consolidator « ARTTOUCH ». Ce projet vise à caractériser et à comprendre les différents modes de toucher, en vue de fournir un retour sensoriel à des prothèses à usage d’individus ayant subi l’amputation d’un membre (voir: https://lnsc.fr/arttouch-generer-un-toucher-artificiel-de-lencodage-de-percepts-complexes-par-les-afferences-tactiles-a-leurs-implications-pour-linnovation-clinique/ ).

Votre avis nous intéresse

Description de la soumission d'un avis

Votre vote :
Votre avis nous intéresse