Offre de stage

Plasticité activité-dépendante dans les neurones dopaminergiques mésencéphaliques

Période :   au

En utilisant des approches électrophysiologiques sur des souris transgéniques, ce projet a pour but de déterminer quelles compensations biophysiques ont lieu en réponse à des changements chroniques de l'activité dans les neurones dopaminergiques.

Description

Les neurones dopaminergiques (DA) du mésencéphale, en particulier de la substance noire compacte (SNc), constituent le locus primaire de neurodénégérescence dans la maladie de Parkinson, et de nombreuses caractéristiques de cette pathologie semblent liées à la perte des neurones DA. Plusieurs études ont suggéré que cette vulnérabilité pourrait être expliquée par la morphologie et le phénotype électrophysiologique particuliers de ces neurones. En particulier, l’activité spontanée pacemaker, le large potentiel d’action et l’arborisation axonale extrêmement ramifiée de ces neurones sont considérés comme des points de faiblesse. De plus, il est plausible que la capacité de ces neurones à maintenir leur excitabilité face à des perturbations joue un rôle central en réponse à des atteintes pathologiques. Nous proposons d’étudier cet aspect en utilisant des souris transgéniques et des enregistrements électrophysiologiques sur tranches de mésencéphale. 3 lignées différentes sont disponibles dans notre équipe : 2 lignées DREADD permettant de modifier sélectivement l’activité des neurones DA en utilisant des ligands synthétiques et 1 lignée KO exprimant une délection du canal Nav1.2 sélectivement dans les neurones DA. Sur la base de notre travail récent (Tapia et al., Sci. Reports 2018; Moubarak et al., J. Neurosci. 2019; Moubarak et al., J. Neurosci. 2022), nous savons que des modules de co-expression de canaux ioniques (incluant Nav1.2) jouent un rôle important dans l’établissement du phénotype électrophysiologiques des neurones DA. Le but de ce projet est de déterminer comment l’expression de ces canaux ioniques est modifiée après des altérations chroniques de l’activité, suite à un traitement pharmacologique chronique ou à la délétion d’un canal ionique. Le projet incluera aussi, dans un second temps, la combinaison électrophysiologie/transcriptomique sur neurone unique (Tapia et al., Sci. Reports 2018).

Profil recherché

Le candidat devrait avoir de solides connaissances en neurosciences moléculaires et cellulaires. Une expérience en électrophysiologie in vitro serait un plus mais n'est pas requise

Établissement d'accueil

L’équipe SANE (Systems Approaches to Neuronal Excitability) combine les approches électrophysiologiques (patch-clamp), la transcriptomique sur neurone unique (qPCR combinée au patch-clamp), la modélisation computationelle (modèles Hodgkin-Huxley) et l’analyse de données de haute dimensionnalité (topological information data analysis) pou tenter de décrypter les régles de régulation sous-tendant la robustesse de l’activité neuronale. L’équipe SANE fait partie de l’INT, un des plus gros laboratoires de neurosciences à Marseille. L’INT comprend 13 équipes de recherche couvrant les aspects moléculaires, cellulaires mais aussi intégratifs des neurosciences. L’INT comprend également plusieurs plateformes techniques facilitant les approches multi-disciplinaires (biologie moléculaire, biochimie, imagerie photonique) et comprend un collectif étudiant favorisant les interactions et le soutien pour les étudiants nouveaux entrants.

Votre avis nous intéresse

Description de la soumission d'un avis

Votre vote :
Votre avis nous intéresse