Offre de stage

Mécanismes spécifiques d'APOE4 dans les astrocytes humains : Quelles conséquences pour la maladie d'Alzheimer ?

Période :   au

Ce stage va s'intéresser à mieux comprendre la maladie d'Alzheimer à travers le prisme des astrocytes, de leurs altérations et de leurs conséquences sur les neurones.

Description

Les intérêts de recherche principaux de notre équipe sont d’étudier les mécanismes moléculaires et cellulaires qui régissent les processus pathogènes dans le cerveau humain et d’identifier / valider de nouvelles cibles thérapeutiques.

La maladie d’Alzheimer (MA) est une maladie neurodégénérative principalement caractérisée par un déclin cognitif, affectant près d’un million de personnes rien qu’en France. À ce jour, il n’existe aucun traitement préventif et/ou curatif. Afin de mieux comprendre la MA et de pouvoir découvrir de nouvelles cibles thérapeutiques et/ou diagnostiques, nous nous intéressons à l’étude des cellules gliales seules mais aussi à leurs interactions avec les neurones. Plus spécifiquement, notre équipe ambitionne de mettre en lumière l’importance grandissante des cellules gliales dans la pathologie, notamment les astrocytes. Pour ce faire, notre objectif est de pouvoir identifier les mécanismes sous-jacents à des altérations astrocytaires, que ce soit en lien avec l’âge ou avec des facteurs de prédisposition génétique de la MA, lesquelles pourraient jouer un rôle critique dans l’activation et/ou le développement de la maladie. In fine, nous voulons évaluer comment la modulation de ces mécanismes peut impacter sur les processus associés à la MA.

Le stage de master que nous proposons sera consacré à la mise au point de procédures expérimentales visant à caractériser les dysfonctionnements des cellules gliales qui s’associent à l’allèle APOE4. Le/la candidat(e) sera inscrit dans un projet qui vise à étudier les voies de signalisation qui sont différemment affectées en fonction du contexte génotypique de l’APOE. Le candidat cherchera, entre autres, à évaluer l’impact des modulations pharmacologiques/génétiques sur ces mécanismes et, finalement, à évaluer les conséquences fonctionnelles. Pour relever ces défis, notre équipe s’appuie sur son expertise dans l’utilisation de technologies innovantes pour étudier des pathologies humaines via l’utilisation de modèles basés sur les cellules souches pluripotentes humaines (hiPSC), qui consistent à différencier les hiPSC en cellules gliales, neurones, cultures neurales mixtes et/ou organoïdes cérébraux 3D. Pour mener à bien nos travaux, nous nous appuyons également sur des technologies de pointe d’édition du génome, basées sur CRISPR-Cas9, et nous utilisons un large éventail de méthodes d’investigation/analyses telles que les analyses Western Blot, les tests ELISA, les analyses PCR/qPCR, les techniques d’imageries microscopique, la cytométrie en flux, etc.

Profil recherché

Nous recherchons un(e) candidat(e) dynamique, très motivé(e) par la recherche et qui s'intéresse à la biologie cellulaire et moléculaire et qui doit avoir de solides connaissances dans le domaine des neurosciences, avec un intérêt plus spécifique pour les pathologies du cerveau. Le/la candidat(e) devra être rapidement compétent(e) en matière de culture cellulaire et/ou de techniques de laboratoire de routine telles que le Western Blot ou les analyses qPCR. Le/la candidat(e) doit être organisé(e), doit être à l’aise dans l’exercice de la communication orale et doit être capable de communiquer en Anglais avec ses collègues. Nous attendons du candidat qu'il/elle soit scientifiquement proactif et rapidement autonome. Le/la candidat(e) devra avoir un esprit d'équipe fort et des facilités dans ses relations aux autres. Nous encourageons vivement les candidatures d'étudiants ayant la volonté de s'inscrire à un programme de doctorat dans la continuité de leur stage de master. Une expérience antérieure dans un laboratoire de recherche (stage ou autre) sera considéré comme un atout.

Établissement d'accueil

Dans le cadre de ses activités de recherche, l’Institut de NeuroPhysiopathologie (INP) rassemble plus de 150 membres dont des chercheurs, des professeurs, des enseignants-chercheurs, des cliniciens, des ingénieurs, des techniciens et des étudiants. L’INP est un laboratoire commun de recherche composé de 11 équipes de recherche universitaires et d’un partenaire industriel. L’objectif principal de l’INP est de mieux comprendre le fonctionnement du cerveau, d’étudier les maladies du système nerveux central (principalement les tumeurs cérébrales et les maladies neurodégénératives) et de promouvoir le développement de stratégies diagnostiques et thérapeutiques grâce à ses recherches. L’INP intègre également 3 plateformes technologiques spécialisées « NeuroTimone » : i) imagerie ; ii) interactome ; et iii) cellules souches (Stem Cell center NeuroTimone, SCeNT). Toutes les équipes et plateformes sont regroupées sur le campus de la Timone de la Faculté de médecine de l’Université d’Aix-Marseille.

Votre avis nous intéresse

Description de la soumission d'un avis

Votre vote :
Votre avis nous intéresse