m1m2
ext.
Résolution du codage de l’information spatiale dans la région CA3 de l’hippocampe chez la souris navigant dans un environnement virtuel

Chaque endroit dans un environnement est représenté par l’activité d’un ensemble de cellules de lieu de l’hippocampe, parmi une plus grande population de neurones silencieux. Cette représentation peut être plus ou moins précise en fonction de la taille de cet ensemble (une plus grande proportion de cellules de lieu étant associée à une résolution de codage spatial plus élevée, comme le nombre de pixels pour une image), de la taille de leur champ de lieu (la surface de l’environnement où elles déchargent correspondant à la taille des pixels) mais aussi de la stabilité spatiale et temporelle de leur décharge. Les facteurs qui contrôlent la résolution du codage de l’information spatiale sont mal compris. Nous abordons cette question en tirant parti des systèmes de réalité virtuelle récemment mis au point pour les rongeurs combinés à des enregistrements extracellulaires à haute densité (sondes en silicium). La réalité virtuelle nous permet de mieux contrôler les indices sensoriels que les animaux peuvent utiliser pour se localiser. Nos résultats récents dans la région CA1 de l’hippocampe (Bourboulou, Marti et al., 2019 voir fichier attaché) montrent que la résolution du codage spatial peut être modulée localement dans un même environnement. Dans ce projet nous souhaitons déterminer si cette modulation peut être héritée de la région CA3.

L’étudiant(e) :

– Entrainera des souris à naviguer dans des environnements virtuels plus ou moins enrichis en indices visuels locaux
– Réalisera des enregistrements de l’activité (potentiels d’actions et de champs locaux) dans la région CA3 de l’hippocampe pendant la navigation dans l’environnement virtuel
– Réalisera des coupes de cerveau pour déterminer la localisation des électrodes post-hoc
– Participera à l’analyse/interprétation des résultats obtenus

Partager l'offre sur :