m2am2b
ext.
La reprogrammation cellulaire comme stratégie innovante pour modéliser et étudier la maladie d’Alzheimer : focus sur l’inflammation astrocytaire et ses conséquences.

Notre équipe de recherche s’intéresse à l’étude des mécanismes moléculaires et cellulaires responsables des processus pathogènes dans le cerveau humain, mais aussi à l’identification / la validation de nouvelles cibles ou molécules thérapeutiques.
La maladie d’Alzheimer (MA) est une maladie neurodégénérative qui se caractérise principalement par un déclin cognitif, et affecte près de 30 millions de personnes dans le monde sans qu’aucun traitement préventif et/ou curatif n’existe à ce jour. Afin de contribuer à l’amélioration de notre compréhension de la MA et peut-être découvrir de nouvelles cibles thérapeutiques, notre équipe étudie l’influence d’un contexte inflammatoire, doublé d’un contexte génétique à risque, sur les processus pathogéniques de la MA. Plus particulièrement nous abordons cette thématique autour de l’étude de la cellule astrocytaire mais aussi de ses interactions avec les neurones. Notre équipe cherche à mettre en évidence une influence génétique sur la réponse astrocytaire à l’inflammation et étudier ses conséquences sur l’activation et/ou le développement de la maladie. De plus, nos travaux s’attachent à identifier les mécanismes sous-jacents aux évènements pathogéniques que nous mettons en évidence et ceci dans le but de pouvoir évaluer comment la modulation des mécanismes mis en lumière par nos travaux peuvent impacter sur le devenir de la MA.
Afin d’aborder nos multiples questions, notre équipe s’appuie sur des technologies innovantes de modélisation de pathologies humaines en utilisant les approches de reprogrammation cellulaire, et plus particulièrement l’utilisation de cellules souches pluripotentes humaines (ou cellules iPS pour « induced pluripotent stem cells ») qui sont ensuite différenciées en cellules astrocytaires et neuronales. Pour mener nos travaux, nous nous appuyons également sur de la manipulation génique par des approches CRISPR-Cas9, et utilisons un spectre large de méthodes d’investigations (biologie cellulaire, biochimie, imagerie cellulaire, pharmacologie, etc.). Le stage proposé visera à mettre en application différentes approches méthodologiques pour caractériser et analyser des cellules neurales humaines (neurones et astrocytes), issues de donneurs sains et de patients Alzheimer, lesquelles cellules seront soumise à différentes conditions expérimentales en lien avec l’inflammation et des polymorphismes génétiques.
Les étudiants motivés et intéressés par cette thématique de recherche sont encouragés à prendre contact avec nous pour discuter plus en détails des possibilités de stage que nous offrons.

Partager l'offre sur :