m1
Relations glie-neurones dans la Substantia Nigra chez le rat.

La maladie de Parkinson résulte de la perte progressive des neurones dopaminergiques de la Substantia Nigra. Le stage proposé se situe dans le cadre d’une étude portant sur les mécanismes impliqués dans ce processus de neurodégénérescence afin d’identifier des cibles thérapeutique potentielles. Plus précisément, il s’agira de déterminer si des particularités du compartiment astroglial dans la Substantia Nigra peuvent contribuer à la vulnérabilité des neurones dopaminergiques. On sait en effet que les astrocytes ont un rôle neuroprotecteur important au sein du tissu cérébral, notamment vis à vis du stress oxydatif et des phénomènes d’excitotoxicité. De plus, certains indices suggèrent l’implication d’un déficit astrocytaire dans la genèse et/ou la progression de la maladie de Parkinson. L’étude sera réalisée au moyen d’immunomarquages en microscopie électronique, en utilisant une approche quantitative basée sur des techniques stéréologiques et des reconstructions tridimensionnelles.

Partager l'offre sur :