m1
Implication de la protéine de réponse au stress TP53INP1 dans la survie des neurones dopaminergiques lors du vieillissement et dans la maladie de Parkinson

Tout au long de leur vie, nos neurones sont soumis à des stress cellulaires. Leur capacité à réagir à ces stress est déterminante pour leur survie. Inflammation, stress oxydant et autophagie sont des réponses au stress et sont retrouvés lors du vieillissement et dans les maladies neurodégénératives, incluant la maladie de Parkinson (MP). L’autophagie est un mécanisme qui permet à la cellule de digérer une partie de son contenu, dont des organites, comme les mitochondries, en particulier lorsqu’ils fonctionnement mal; ceci est nécessaire car le dysfonctionnement mitochondrial entraîne l’accumulation de radicaux libres et génère stress oxydant et inflammation chronique. La protéine de réponse au stress TP53INP1 a été récemment identifiée comme un acteur clé reliant ces processus dans le cancer et le syndrome métabolique. Son rôle potentiel dans les maladies neurodégénératives n’a pas été exploré. Notre hypothèse de travail est que sa déficience pourrait rendre les neurones plus vulnérables au stress en altérant le contrôle qualité des mitochondries. Dans ce stage de M1, nous proposons d’étudier cette hypothèse dans le contexte de la mort des neurones dopaminergiques au cours du vieillissement normal et dans la MP.

Techniques utilisées : tests comportementaux chez la souris (openfield), immunocytochimie, coupes au cryostat

Site web de l’équipe

Partager l'offre sur :