m2ext.
Dresser une cartographie de la connectivité des interneurones de l’hippocampe épileptique

L’épilepsie du lobe temporal (ELT) est la forme la plus commune d’épilepsie chez l’adulte. La maladie se manifeste par l’occurrence de crises d’épilepsies imprévisibles, ainsi que par des troubles sévères de l’humeur et des fonctions cognitives. Grâce à des modèles rongeurs, plusieurs altérations du circuit hippocampique ont été identifiées, notamment une dégénérescence des neurones excitateurs et inhibiteurs, ainsi que l’acquisition par les neurones survivants de propriétés intrinsèques et synaptiques aberrantes. Plus particulièrement, les sous types de neurones inhibiteurs, qui orchestrent les fonctions normales de l’hippocampe, joueraient un rôle majeur dans les mécanismes pathologiques de l’ELT. Cependant, leur connectivité afférente et efférente dans le réseau épileptique profondément réorganisé n’a pas été étudiée systématiquement.

Nous proposons un stage qui vise à développer une stratégie multidisciplinaire, basée sur des stratégies de pointe, dans le but d’enregistrer l’activité une grande population de neurones tout en manipulant l’activité de certaines sous-populations spécifiques de neurones. Ces expériences seront effectuées dans des tranches de souris contrôle ou épileptiques, et se concentreront particulièrement sur les interneurones inhibiteurs. Plus spécifiquement, ce projet ambitieux permettra au stagiaire de se familiariser avec des modèles génétiques de souris, aux techniques de manipulation de neurones par optogénétique ou par décageage de glutamate, au patch-clamp, à l’imagerie calcique et à la programmation sur Matlab. Pour ce faire, le stagiaire sera encadré par Thomas Marissal (chercheur INSERM) pour la partie biologique, et par François Michel pour la composante technique. A terme, nous espérons avoir un aperçu de la carte de la connectivité des interneurones dans l’hippocampe épileptique.

Partager l'offre sur :