m2ext.
Délimiter le rôle des aires frontales dans le contrôle oculomoteur à l’aide de la stimulation magnétique transcrânienne

Les saccades oculaires sont les mouvements très rapides des yeux sans lesquels nous ne pourrions réaliser bon nombre de tâches cognitives, comme lire un texte ou bien encore interpréter une image. Etudiées depuis plus d’un siècle, les saccades ont longtemps été considérées comme une fenêtre ouverte sur l’esprit et le neocortex auquel elles seraient asservies. L’hypothèse sous-jacente principale, selon laquelle les déplacements de nos yeux seraient guidés pas à pas d’une région d’intérêt vers la suivante reste prédominante de nos jours. Cette hypothèse, remise en question par notre équipe, néglige néanmoins le rôle prépondérant joué par le colliculus supérieur dans la programmation des saccades. Le fait que cette structure sous-corticale intègre non seulement des afférences corticales, mais aussi et en priorité des afférences directes de la rétine, suggère au contraire que les mouvements des yeux sont par défaut sous contrôle ascendant, et uniquement modulés par des projections descendantes en provenance notamment des aires frontales.

Le projet proposé vise à tester cette nouvelle hypothèse. Il délimitera le rôle des aires frontales dans le contrôle oculomoteur chez l’être humain, à partir de la stimulation magnétique transcrânienne combinée à l’enregistrement des mouvements des yeux. L’objectif sera de tester l’impact de l’inhibition des aires frontales sur la latence et la métrique des saccades oculaires dans une variété de tâches (dans un premier temps, la simple visée d’une cible visuelle périphérique).

L’étudiant(e) :
– Participera à la mise en place du paradigme utilisé et de l’expérience
– Aura en charge la passation de l’expérience sur un pool de participants (étudiants) sains
– Participera à l’analyse et l’interprétation des résultats obtenus.

Ce stage pourra éventuellement déboucher sur un projet de thèse.

Partager l'offre sur :