Neuroéthique

Journee Neuroethique
Journée Neuroethique -

Avec l’évolution des Neurosciences ces 20 dernières années, des technologies longtemps considérées comme appartenant au domaine de la science-fiction pourraient bientôt devenir de réelles options.

20 Mai 2016 – Salle Gastaut, Institut des Neurosciences
Pour ne citer que quelques exemples:

o modifier nos humeurs ou nos capacités intellectuelles à l’aide de médicaments ou d’autres dispositifs ( « neuro- amélioration »)

o réparer le cerveau grâce aux greffes de tissus nerveux (cellules nerveuses, cellules souches)

o utiliser des interfaces cerveau-machine pour lire nos pensées, transférer notre mémoire, restaurer des fonctions perdues

o fusionner le cerveau et l’ordinateur, comme proposé par les transhumanistes

Ces innovations technologiques soulèvent des questions éthiques évidentes.

Faut-il faire ce que nous sommes techniquement en mesure de faire ? L’utilisation de ces outils est-elle compatible avec nos valeurs morales actuelles? Devons nous réévaluer ces valeurs ? Quelles sont les limites éthiques que nous pouvons accepter en tant qu’individus et/ou au sein de nos sociétés?

Ces grandes interrogations sont d’une importance capitale lorsqu’elles touchent le cerveau, siège de notre personnalité et de notre humanité. A l’inverse, de nouvelles données sur le fonctionnement du cerveau interrogent notre conception de la morale, de la responsabilité humaine et du libre arbitre.

Conscients de la nécessité de répondre à ces questions, le Programme Doctoral des Neurosciences Cliniques et Intégratives (ICN) organise une session spéciale sur cette discipline émergente qu’est la neuroéthique. Cette journée proposera une série de conférences présentées par des spécialistes de réputation mondiale dans le domaine qui aborderont les thèmes suivants :

o   Eric Racine (Montreal). « Ethiques et neuro-amélioration : une vision philosophique pragmatique »

o   Jens Clausen (Tübingen). « Neuroéthique et interface cerveau-machine »

o   Jennifer Chandler (Ottawa). « Le cerveau en salle d’audience : les implications juridiques des neurosciences »

o   Athena Demertzi (Paris). « Neuroimagerie fonctionnelle et patients souffrant de troubles de la conscience : de quoi se soucier? »

o   Bernard Baertschi (Geneva). « La neuroscience du jugement moral et ses implications éthiques »

 

Institut des Neurosciences de La Timone, Salle Gastaut

Contact: François Féron

Journée Neuroéthique Programme

Partager l'article sur :