INT - UMR 7289

Institut des Neurosciences de la Timone

Directeur : Guillaume MASSON

Campus Santé Timone
27, Bd Jean-Moulin
13385 Marseille CEDEX 05
France

Une approche integrative du fonctionnement normal et pathologique du cerveau

L’INT développe des recherches de haut niveau en neurosciences fondamentales, du cellulaire au cognitif, fait tomber les frontières entre les approches fondamentales et cliniques.
Les neurosciences intégratives, liant les différents niveaux d’organisation du système nerveux dans une approche fonctionnelle, sont essentielles pour comprendre les bases neurales de nos comportements et de leur désorganisation dans les maladies neurologiques et psychiatriques.

L’INT veut donner les moyens aux chercheurs et cliniciens pour :

  • explorer, comprendre et modéliser le fonctionnement normal et pathologique du cerveau et de la moelle épinière, dans une démarche allant du neurone au comportement. Pour chaque fonction étudiée (perception visuelle, contrôle moteur cortico-spinal, motivation, cognition sociale…), nous voulons comprendre comment l’activité neuronale est régulée au niveau cellulaire, propagée au niveau des petits réseaux corticaux ou sous-corticaux et assemblée au sein de grands systèmes qui sous-tendent le comportement.
  • comprendre comment les dysfonctionnements ou la mort des neurones et des cellules gliales provoquent des troubles neurologiques ou psychiatriques tels que les pathologies des motoneurones (SLA), des lésions de la moelle épinière (spasticité), les troubles du contrôle de l’impulsivité (incluant les addictions et la maladie de Parkinson), les pathologies du développement cognitif et social (autisme, troubles bipolaires, schizophrénie) ou encore les pathologies liées au stress (stress post-traumatique, dépression).

Le laboratoire INT en images

Les équipes de recherche

Toutes les équipes de l’INT sont rattachées au master de neurosciences. Elles peuvent donc toutes accueillir des étudiants stagiaires du master et leur proposer un sujet de thèse pour le concours de l’école doctorale.

Inférence et comportements visuels (Frédéric Chavane, Guillaume Masson)

La vision est une entrée sensorielle majeure pour le guidage de nos actions, la perception et la réalisation de diverses tâches cognitives. À ce titre, les signaux visuels qui atteignent le cerveau sont à la base de plusieurs défis computationnels car ils sont ambigus, dynamiques et segmentés en une myriade d’indices élémentaires. Imaginez, par exemple, que vous deviez suivre du regard un objet en mouvement dans un environnement pluvieux, et que cette cible disparaisse pendant un moment derrière un objet plus large. Une telle tâche, apparemment réalisée sans difficulté, nécessite une ségrégation des divers signaux de mouvement afin d’intégrer la trajectoire de la cible et de la suivre de façon continue.

Pour résoudre ce problème, notre système visuel doit combiner les signaux sensoriels avec des connaissances a priori, et ce, à plusieurs échelles spatiales et temporelles. L’objectif de nos projets de recherche est d’élucider les opérations neuronales qui relèvent ces défis. A cette fin, l’équipe InVIBE développe de multiples expertises qui impliquent des études comportementales chez l’homme et le singe, des études électrophysiologiques et d’imagerie optique temps réel chez le single vigile et des modèles d’inférence probabiliste pour l’intégration et la décision perceptive.

Membres

CHAVANE Frédéric, MASSON Guillaume, BENVENUTI Giacomo, BOURRELLY Clara, CHEMLA Sandrine, DAMASSE Jean-Bernard, DENIS Danièle, GOFFART Laurent, HOFFART Louis, MADELAIN Laurent, MATONTI Frédéric, MESO Andrew, MONTAGNINI Anna, PERRINET Laurent, QUINET Julie, RIDINGS Bernard, ROUX Sébastien, SIMONCINI Claudio, TAOUALI Wahiba, VANZETTA Ivo, VIDAL Manuel. Total : 3 HDR.

Axes de recherche

  • comprendre comment l’information visuelle de mouvement est intégrée, représentée neuralement et modulée pour guider l’exploration visuelle et la construction des percepts.
  • rechercher comment ces représentations dynamiques sensibles au contexte guident, ou inversement sont influencées par, les comportements oculomoteurs dirigés vers un but (poursuite, saccades)
  • comprendre comment les entrées visuelles interagissent avec des inférences dynamiques et hiérarchisées incarnées dans les étapes corticales précoces pour contrôler l’intégration du mouvement visuel
  • étudier la dynamique corticale engendrée par une réorganisation massive de la rétine suite à une lésion et mesurer chez des modèles animaux (singes, rongeurs) l’efficacité des prothèses rétiniennes.

Techniques

  • Electrophysiologie (in vivo)
  • Chirurgie animale, stéréotaxie
  • Comportement animal
  • Tests psychophysiques
  • Analyse du mouvement, posture, électromyogramme (EMG)
  • Imagerie et stimulation cérébrales – Homme
  • Imagerie cérébrale – Animal

Mots-clés

    Perception visuelle du mouvement, mouvements oculaires, attention visuelle, prise de décision, comportement, cortex, traitement local-global, neurosciences computationnelles, psychophysique
Cognition et comportement des animaux - Cognition et comportement humains - Développement de méthodes et technologies innovantes - Excitabilité, transmission synaptique, fonctions des réseaux - Neurosciences computationnelles - Systèmes sensoriels

Ganglions de la base : motivation et récompense (Christelle Baunez)

Notre équipe utilise une approche translationnelle, des rongeurs et primates non humains aux patients parkinsoniens afin de mieux comprendre le rôle des ganglions de la base dans la motivation et les processus en relation avec la récompense, que ce soit lors de comportements normaux ou pathologiques, comme l’addiction, les désordres impulsifs, la mémoire émotionnelle.

Nous étudions le rôle de l’inactivation du noyau sous-thalamique par stimulation cérébrale profonde (stimulation à haute fréquence) sur l’addiction à la cocaïne chez les rongeurs et le singe ainsi que le rôle de cette structure dans les processus de récompense et l’impulsivité, avec également de l’imagerie cérébrale chez le singe.

Parmi les recherches menées chez le primate non-humain, certaines ont pour but d’étudier le rôle des ganglions de la base dans l’apprentissage par renforcement et les bases neuronales des processus motivationnels, grâce à des enregistrements de l’activité neuronale unitaire chez l’animal éveillé.

L’approche clinique combine des études comportementales et électrophysiologiques. Nous réalisons des enregistrements de l’activité neuronale ainsi que de l’imagerie fonctionnelle chez des patients parkinsoniens et nous étudions les effets cliniques de la stimulation à haute fréquence du noyau sous-thalamique sur l’état motivationnel des patients parkinsoniens présentant ou non un trouble de l’impulsivité.

Membres

BAUNEZ Christelle, APICELLA Paul, AZULAY Jean-Philippe, EUSEBIO Alexandre, GARCIA René, GIORLA Elodie, MARCHE Kevin, MONTANARI Christian, DEGOULET Mickaël, RAVEL Sabrina, TIRAN CAPPELLO Alix, WITJAS Tatiana, NACEF Jennifer, MARTEL Anne-Caroline. Total : 5 HDR.

Techniques 

  • Electrophysiologie (in vivo)
  • Chirurgie animale, stéréotaxie
  • Pharmacologie
  • Comportement animal
  • Imagerie et stimulation cérébrales – Homme (IRMf, TMS…)
  • Imagerie cérébrale – Animal
  • Optogénétique

Mots-clés

    Ganglions de la base, noyau sous-thalamique, comportement, motivation, impulsivité, récompense, addiction, cocaïne, maladie de Parkinson, stimulation cérébrale profonde
Cognition et comportement des animaux - Cognition et comportement humains - Excitabilité, transmission synaptique, fonctions des réseaux - Pathologies du système nerveux

Bases neurales de la communication (Pascal Belin)

La communication verbale mettant en jeu le langage et la parole est la plus évidente, et pourtant, 90% de nos interactions sociales reposent sur la communication non-verbale. La communication non-verbale, c’est le traitement de toutes les informations autres que le langage, primordiales à la vie en société, comme l’âge, le genre, l’identité et les expressions émotionnelles. Le cerveau humain a l’extraordinaire capacité d’extraire, traiter et interpréter ses informations depuis plusieurs sources sensorielles.

Les projets de recherche développés dans l’équipe BANCO sont principalement axés sur la compréhension des principes cérébraux sous-jacents à la communication, verbale et non-verbale dans ses aspects émotionnels et non-émotionnels. Nous utilisons des méthodes variés et complémentaires afin d’étudier les bases neurales de la communication chez l’homme et le singe, telles que l’imagerie par résonnance magnétique fonctionnelle (fMRI), structurelle et de diffusion (DWI), l’électroencéphalographie (EEG), la magnétoencéphalographie et des mesures comportementales.

Membres

BELIN Pascal, AGLIERI Virginia, AUBERT-KHALFA Stéphanie, BOUKEZZI Sarah, ROUSSEAU Pierre-François, BODIN Clémentine. Total : 1 HDR.

Axes de recherche

  • Percevoir des informations non-verbales dans la voix
  • Rôle de l’état de stress dans les interactions sociales

Techniques

  • Tests psychophysiques
  • Imagerie et stimulation cérébrales – Homme (IRMf, TMS…)
  • Electroencéphalogramme (EEG)

Mots-clés

    Communication, perception multisensorielle, comportement, émotion, stress, conditionnement, peur, voix, visage, neuro-imagerie, imagerie par résonnance magnétique fonctionnelle (fMRI), électroencéphalographie (EEG), magnétoencéphalographie (MEG)
Cognition et comportement des animaux - Cognition et comportement humains - Excitabilité, transmission synaptique, fonctions des réseaux - Systèmes sensoriels

Contrôle moteur cognitif (CoMCo) (Alexa Riehle / Thomas Brochier)

Notre équipe utilise des approches neurophysiologiques, comportementales et computationnelles pour comprendre les processus cérébraux et spinaux impliqués dans la planification du mouvement et le contrôle de son exécution, et comment ces processus sont modulés par le contexte, les objectifs internes, les prédictions et l’apprentissage.

Nous réalisons des expériences similaires chez l’homme et le singe dans lesquelles nous analysons la dynamique de mouvements de pointage multi-articulaires et de manipulation d’objets.

Chez le singe, nous enregistrons l’activité unitaire de larges populations de neurones, les potentiels de champs locaux et l’EEG intracrânien simultanément dans différentes structures corticales depuis le cortex visuel au cortex moteur en passant par le cortex pariétal.

Chez l’homme, nous utilisons des techniques neurophysiologiques d’enregistrement de l’activité cérébrale (EEG, MEG, EEG intracranien) et de l’activité musculaire (EMG, potentiels d’unité motrice), de la neuro-imagerie (IRMf) et de la stimulation transcrânienne magnétique (TMS) pour étudier les processus associés au contrôle moteur cognitif.

Nos résultats sont interprétés en se référant aux théories de codage neuronal et en utilisant des approches computationnelles.

Cette étude des transformations sensorimotrices de la planification à l’action constitue un socle solide pour l’analyse du fonctionnement cérébral, mais également une source importante d’avancées dans le domaine des interfaces cerveau-machine et de la neuro-réhabilitation, notamment chez les patients hémiplégiques.

Membres

RIEHLE Alexa, DE HAAN Marcel, BROVELLI Andrea, BROCHIER Thomas, KILAVIK Bjørg, MALFAIT Nicole, TORRECILLOS Flavie, DURET Margaux, DANION Fréderic, ALAYRANGUES Julie, BARTHELEMY Fréderic, BENSOUSSAN Laurent, DELARQUE Alain, JAHANI Amirhossein, MATHEW James,VITON Jean-Michel. Total : 4 HDR.

Equipe CoMCo

Techniques

  • Electrophysiologie (in vivo)
  • Chirurgie animale, stéréotaxie
  • Comportement animal
  • Analyse du mouvement, posture, électromyogramme (EMG)
  • Imagerie et stimulation cérébrales – Homme (IRMf, TMS…)
  • Imagerie cérébrale et stimulation – Animal (singe)
  • Electroencéphalogramme (EEG)

Mots-clés

    Mouvement, codage neuronal, comportement, neurosciences computationnelles, planification, action, apprentissage, électro-encéphalographie (EEG), cortex, magnéto-encéphalographie (MEG), électromyographie (EMG), imagerie par résonnance magnétique fonctionnelle (IRMf), stimulation transcrânienne magnétique (TMS), interfaces cerveau-machine, neuro-réhabilitation, patients hémiplégiques
Cognition et comportement des animaux - Cognition et comportement humains - Développement de méthodes et technologies innovantes - Excitabilité, transmission synaptique, fonctions des réseaux - Neurosciences computationnelles - Systèmes moteurs

Imagerie in vivo des interactions cellulaires dans les pathologies du système nerveux central (Franck Debarbieux)

Notre équipe s’intéresse aux interactions cellule-cellule dans le système nerveux central (SNC), en condition normale ou pathologique. De nombreux types cellulaires interagissent dans le SNC malade et contrôlent de façon synergique l’évolution des pathologies. La dynamique de ces interactions ainsi que leurs conséquences sont encore peu connues, en raison du manque de méthodes d’imagerie non invasives résolutives.

Afin de pouvoir visualiser les cellules nerveuses, les cellules immunitaires ainsi que les vaisseaux sanguins dans des modèles murins de pathologies du SNC, nous avons mis en place deux stratégies d’imagerie in vivo avec différentes échelles de résolution spatiale : tomodensitométrie (TDM) à rayon X et microscopie 2-photons (2P). La maîtrise de l’imagerie 2-P in vivo combinée à l’utilisation de modèles de souris transgéniques dont les différentes populations cellulaires peuvent être marquées de couleurs différentes, permet de réaliser un nombre illimité d’observations du même champ visuel. Cela ouvre la voie à une analyse quantitative et corrélative de la distribution ainsi que les interactions cellulaires dans un environnement véritablement physiologique.

En collaboration avec des physiciens, nous avons validé une technique de tomodensitométrie à haute résolution (scanner micro-CT), basée sur une nouvelle génération de détecteurs à pixels hybrides (HPD), afin d’observer les tissus mous de la souris. Ce scanner présente l’avantage de pouvoir explorer le corps en entier. Nous cherchons maintenant à implémenter un scanner CT « multicolore » afin d’obtenir des informations complémentaires (du corps entier) sur les mêmes animaux précédemment imagés avec le microscope 2P à l’échelle locale. Ces technologies permettent de recueillir de grandes quantités de données à partir d’un seul animal et, par conséquent, de réduire le nombre d’animaux engagés dans une étude expérimentale tout en améliorant l’exactitude des résultats.

Membres

DEBARBIEUX Franck, ROUGON Geneviève, AMOUREUX Marie-Claude, JAOUEN Alexandre, LAMASSE Lisa, MEUNIER Cécile, RICARD Clément, TCHOGHANDJIAN Aurélie, CARAVAGNA Céline. Total : 2 HDR.

Equipe ImaPath, INT

Techniques

  • Culture cellulaire
  • Immunomarquages, histologie ou cytométrie en flux
  • Microscopie
  • Chirurgie animale, stéréotaxie
  • Pharmacologie
  • Imagerie cérébrale – Animal

Mots-clés

    Imagerie, microscopie biphotonique, tomodensitométrie, scanner, tumeur, glioblastome, lésions de la moelle épinière, sclérose en plaque, vaisseaux sanguins, neurones, inflammation, interactions cellulaires
Développement de méthodes et technologies innovantes - Pathologies du système nerveux

Méthodes et anatomie computationelle (Olivier Coulon)

MeCA est un groupe de recherche interdisciplinaire créé par l’Institut de Neurosciences de La Timone et le Laboratoire des Sciences de l’Information et des Systèmes, associant leurs compétences en neurosciences fondamentales et cliniques et en traitement de données afin de mieux comprendre l’organisation et le fonctionnement du cerveau normal et pathologique. Plus précisément l’objet d’intérêt est essentiellement le cortex cérébral et l’instrument d’observation est l’imagerie par résonance magnétique. Les objectifs scientifiques de MeCA sont la quantification et la modélisation de la variabilité et du développement cortical, ainsi que le développement de nouvelles méthodes de morphométrie quantitative et leur validation sur de grandes bases de données normales et pathologiques.

Membres

Membres permanents :

COULON Olivier, LEFEVRE Julien, BELIN Pascal, DERUELLE Christine, VELLY Lionel. Total : 3 HDR.

Membres non permanents :

AUZIAS Guillaume, PEPE Antonietta, RABIEI Hamed, THIEBAUT Lucie, BRUN Lucile, PRON Alexandre.

Axes de recherche

  • mise en correspondance inter-sujets et études de groupe
  • morphométrie corticale et rechercher de biomarqueurs associés à des pathologies développementales ou des spécificités fonctionnelles
  • modélisation de l’organisation et de la variabilité du cortex cérébral
  • corrélation entre la macro-anatomie corticale observable en IRM et l’organisation fonctionnelle, voire architecturale, sous-jacente
  • modèles du développement cortical normal et pathologique

Techniques

  • Imagerie et stimulation cérébrales – Homme (IRMf, TMS…)
  • Imagerie cérébrale – Animal

Mots-clés

    Neuro-imagerie, imagerie par résonance magnétique (IRM), cortex, macro-anatomie corticale, variabilité corticale, pathologies neuro-développementales, développement, modélisation, relations structures-fonctions
Développement de méthodes et technologies innovantes - Développement du système nerveux - Neurosciences computationnelles - Pathologies du système nerveux

Maladies des motoneurones : modélisation et thérapie (Georg Haase)

Dans les populations vieillissantes des pays occidentaux, une personne sur quatre risque de développer une maladie neurodégénérative. La sclérose latérale amyotrophique (SLA) est une maladie particulièrement dévastatrice et toujours fatale, sans thérapie efficace. La SLA affecte les neurones moteurs dans le cortex cérébral, le tronc cérébral et la moelle épinière, conduisant à une atrophie musculaire progressive et la paralysie. Alors que la plupart des formes de SLA apparaissent sporadiquement, environ 10-20% sont familiales et causées par des mutations dans les gènes codant pour diverses protéines. Selon des études chez la souris, la dégénérescence des motoneurones se manifeste d’abord de manière distale à la synapse neuro-musculaire par une perte de vésicules synaptiques et une rétraction de l’axone mais est initiée dans le corps cellulaire et est modulée par les astrocytes et la microglie. Notre équipe émet l’hypothèse que l’appareil de Golgi peut relier cette manifestation périphérique, l’initiation centrale et les interactions neurones/glie dans la SLA.

Afin de tester cette hypothèse, l’équipe poursuit les objectifs spécifiques suivants:

  • étudier comment des mutations dans les gènes liés à la SLA déclenchent une pathologie au niveau du Golgi, un dysfonctionnement de l’endosome et la perte de vésicule synaptique dans les neurones moteurs.
  • disséquer les mécanismes qui convergent à partir du dysfonctionnement de l’appareil de Golgi jusqu’à la mort cellulaire et la dégénérescence des axones.
  • identifier ces changements pathologiques dans les neurones moteurs de patients atteints de SLA.
  • utiliser cette connaissance pour développer de nouvelles thérapies expérimentales.

Membres

Georg HAASE, Gilbert BAILLAT, Sébastien SCHALLER. Total : 1 HDR.

Techniques

  • Biologie moléculaire
  • Biochimie
  • Culture cellulaire et transfert de gene viral et non-viral
  • Immunomarquages, histologie ou cytométrie en flux/ tri cellulaire
  • Microscopie
  • Chirurgie animale
  • Bioinformatique

Mots-clés

    Maladies neurodégénératives, sclérose latérale amyotrophique, mutations, motoneurones, microglie, astrocytes, appareil de Golgi, endosome, vésicules synaptiques, apoptose, thérapie, facteurs neurotrophiques
Pathologies du système nerveux - Systèmes moteurs

Plasticité et physio-pathologie des réseaux moteurs rythmiques (Frédéric Brocard)

Notre équipe étudie la plasticité des réseaux de neurones à l’origine d’activités motrices rythmiques (locomotion et respiration) à la fois au cours du développement et dans des conditions pathologiques (lésions de la moelle épinière, exposition prénatale à des facteurs toxicologiques). Nos modèles d’étude s’étendent des rongeurs (rats et souris transgéniques) à l’homme.

Membres 

BROCARD Frédéric, BAILLAT Gilbert, BELLOT Blandine, BRAS Hélène, BROCARD Cécile, CAYETANOT Florence, COQ Jacques Olivier, COULON Patrice, DURAND Jacques, GOURMAND Laetitia, LIABEUF Sylvie, PEYRONNET -ROUX Julie, PLANTIER Vanessa, ROCHE Pierre-Hugues, SANCHEZ BRUALLA Irène, VIEMARI Jean-Charles. Total : 5 HDR.

Axes de recherche

  1. Plasticité des propriétés des neurones et des réseaux suite à une lésion de la moelle épinière (SCI)
  2. Modifications des propriétés des neurones et du réseau en fonction de l’activité
  3. Dysfonctionnement du développement moteur

Techniques

  • Biologie moléculaire
  • Biochimie
  • Culture cellulaire
  • Immunomarquages, histologie ou cytométrie en flux
  • Microscopie
  • Imagerie calcique
  • Electrophysiologie (sur tranches ou cellules)
  • Electrophysiologie (in vivo)
  • Chirurgie animale, stéréotaxie
  • Pharmacologie
  • Comportement animal
  • Analyse du mouvement, posture, électromyogramme (EMG)
  • Optogénétique

Mots-clés

    Motricité, locomotion, respiration, moelle épinière, réseaux, développement, motoneurones, interneurones, spasticité.
Cognition et comportement des animaux - Développement du système nerveux - Excitabilité, transmission synaptique, fonctions des réseaux - Pathologies du système nerveux - Sommeil, systèmes autonomes & neuroendocriniens - Systèmes moteurs

Cognition sociale : développement normal et pathologique (Christine Deruelle)

Notre vie quotidienne est rythmée par nos interactions sociales. Un comportement social adapté est essentiel à la fois pour l’individu lui-même et pour le bon fonctionnement d’une société.

Le cerveau humain possède une capacité extraordinaire pour percevoir et interpréter les informations sociales, malgré leur complexité.

Nos projets de recherche explorent les bases développementales, comportementales et cérébrales de la cognition sociale et leurs dysfonctionnements dans des psychopathologies telles que l’autisme, le syndrome d’Asperger et la schizophrénie.

Nous utilisons des approches méthodologiques variées et complémentaires : mesures comportementales, suivi oculaire (eye-tracking), imagerie par résonance magnétique fonctionnelle et structurale (IRMf, DTI), électroencéphalographie (EEG).

Membres 

DERUELLE Christine, ADIDA Marc, AUZIAS Guillaume, AZORIN Jean-Michel, BAT-PITAULT Flora, BRUN Lucile, CHAMINADE Thierry, DA FONSECA David, LESCALIER Lauriane, MANCINI Josette, POINSO François, POMIETTO Pascale, SILVA Catarina, , VIEILLARD Marine, WICKER Bruno, Wolfe Farah. Total : 4 HDR.

Axes de recherche

  • Cognition sociale dans les syndromes neurodévelopementaux
  • Autisme et agents artificiels
  • Recherche de marqueurs cognitifs et émotionnels du trouble bipolaire
  • Le cerveau proactif

Techniques

  • Tests psychophysiques
  • Imagerie et stimulation cérébrales – Homme (IRMf, TMS…)
  • Electroencéphalogramme (EEG)

Mots-clés

    Interactions sociales, cognition sociale, développement, émotion, visage, comportement, neuro-imagerie, autisme, troubles bipolaires, troubles de l’attention, thérapie cognitive
Cognition et comportement humains - Pathologies du système nerveux

Micro-ARN et cognition sociale (Eduardo Gascon)

L’évolution du cerveau et l’acquisition des fonctions cérébrales supérieures reposeraient sur des modèles de plus en plus complexes d’expression des gènes. Les ARN non codants (ncARN) jouent un rôle essentiel dans ce processus.

Les microARN (miARN) sont de petits ncRNA qui agissent comme régulateurs post-transcriptionnels de l’expression des gènes. Bien que des preuves s’accumulent en faveur d’une implication majeure des miARN dans les fonctions cérébrales complexes, la relation entre la régulation des miARN et la spécification du comportement commence seulement à être explorée.

Utilisant le déclin des fonctions cérébrales lié à l’âge, nous cherchons à:

  • identifier les miARN impliqués dans le contrôle moléculaire des domaines spécifiques du comportement chez la souris (comportements sociaux et moteurs), ainsi que les réseaux neuronaux impliqués dans ces comportements ;
  • étudier les mécanismes régulés par les microARN aux niveaux moléculaire (cibles en aval), cellulaire (changements morphologiques dans les dendrites/axones) et électrophysiologique (plasticité synaptique) ;
  • découvrir les mécanismes moléculaires par lesquels le vieillissement affecte l’homéostasie des miARN.

Membres

Eduardo Gascon. Total: 1 HDR (en cours).

Axes de recherche

  • Identifier les changements dans les miRNA pendant le vieillissement du cerveau
  • Explorer l’activité des miARN dans le cerveau vivant
  • Générer des outils d’édition du génome pour inactiver in vivo des miARN du cerveau
  • Elucider les mécanismes de régulation des miARN.

Techniques

  • Biologie moléculaire
  • Biochimie
  • Culture cellulaire
  • Immunomarquages, histologie ou cytométrie en flux
  • Microscopie
  • Electrophysiologie (sur tranches ou cellules)
  • Chirurgie animale, stéréotaxie
  • Pharmacologie
  • Comportement animal
  • Bioinformatique

Mots-clés

    Micro-ARN, voies moléculaires, réseaux neuronaux, comportement de la souris, vieillissement.
Cognition et comportement des animaux - Développement de méthodes et technologies innovantes - Excitabilité, transmission synaptique, fonctions des réseaux - Pathologies du système nerveux
Partager l'article sur :